Cette méthode très sûre est sensiblement plus onéreuse que celle habituelle. Toutefois, elle permet l’économie du coût du remplacement de la couronne. Le bilan économique est donc largement favorable.


Il faut ici dire quelques mots sur deux types de pathologies liées à la présence de foyers infectieux connus sous les noms de : «infections focales» et «affections focales». Je donne la parole au Dr Henri Lamendin, Président fondateur de la Société française d’odontostomatologie du sport, en citant deux courts extraits de son livre «Odontologie du sport» aux Editions CdP :

  • «Les infections focales (à distance) concernent les déplacements de germes et de toxines d’un foyer infectieux, supposé primaire, à un foyer infectieux secondaire… Les infections focales d’origine bucco-dentaire sont connues depuis longtemps, notamment pour l’endocardite bactérienne qui demeure une maladie grave… son diagnostic n’est malheureusement recherché que lorsque les lésions sont installées et l’exercice d’une surveillance préventive est encore souvent négligé… «ce qui est grave est pratiquement toujours silencieux».
  • «Les affections focales ont été niées pendant longtemps et ont donné lieu à de nombreuses controverses. Mais, bien que cela ne satisfasse pas les esprits rationnels et scientifiques, de nombreuses preuves thérapeutiques montrant une disparition du symptôme secondaire après élimination du foyer supposé primaire (par soin ou par chirurgie) ont été apportées. Et il a bien fallu en tenir compte».

Parce que j’ai la chance de suivre de nombreux sportifs de haut niveau, français et anglophones, je peux témoigner de leur prise de conscience de leur état de santé bucco-dentaire. Là, comme ailleurs, les sportifs constituent de bons modèles sociétaux, le public les suit de mieux en mieux ; mais des progrès restent à faire en matière de surveillance préventive.

 

Lorsqu’il s’agit de kystes apicaux, (ils correspondent à une infection chronique et latente de la dent, une infection focale donc), il est impératif de ne pas conserver ces foyers infectieux chroniques, spécialement si vous atteint de certaines pathologies (cardiaques, atteintes immunitaires), si vous êtes porteur d’une valve cardiaque artificielle, d’une prothèse de hanche susceptibles de s’infecter à leur tour.


Ces foyers chroniques peuvent se réactiver et se transformer en infections aiguës, très douloureuses, et dangereuses. Ou à un stade moins avancé, chez les sportifs, par exemple, des tendinites entraînant des incapacités de pratique peuvent y trouver leur source.

 

En associant les meilleures techniques de dévitalisation (appareils rotatifs continus, outils à mémoire de forme) de désinfection (par voie liquide, laser) de séchage, aux matériaux de d’obturation comme la gutta-percha à chaud par condensation verticale, on obtient des résultats conformes aux exigences de notre temps.


Ils sont plus onéreux que ceux réalisés avec d’autres matériaux et d’autres méthodes moins élaborés, mais le contrôle radiographique final permet de contrôler la qualité du résultat, sa pertinence et son opportunité.


En conclusion, pour sortir un instant de la technique, je voudrais vous faire part d’une réflexion personnelle.


Selon l’interprétation classique, la règle dite du Talion «œil pour œil, dent pour dent» signifierait que l’on doit au coupable un châtiment au moins égal à celui qu’il a infligé à sa victime. Je vois pour ma part deux interprétations différentes :

  • La première est qu’on ne peut infliger à l’auteur plus grand châtiment que celui qu’il a administré,

  • La seconde est la confirmation que dans la sagesse des temps anciens, l’humanité voyait dans l’œil et la dent deux organes à ne pas sacrifier sans raison majeure. Je ne l’oublie jamais.


   Précédent                                                        Suivant